mardi 29 mai

Aujourd’hui, le soleil est sorti.

Nous aussi.

Le lit avait été amené par la marée, échoué dans les multiples pointillés du sable. Une dormeuse s’y était installée.

Nous l’avons regardée, avons aussi regardé tout ce qui se passait autour, depuis les remparts, dans le flux des enfants et des passants. »Bonne nuit » a t-on entendu à la volée !

La chambre noire nous a fait voir le lit à l’envers.

Nous avons transporté le lit, pieds nus dans la vase, et sommes arrivés comme des voyageurs en bateau sur la rive.

H.

Au départ, une tache blanche, autour la pénombre. Puis ensuite je devine un lit autour de pointillés.

Hors du cadre, de la pierre, du bruit, des personnes qui se posent des questions sur la présence de ce lit au pied du Mont.

De la musique

Un groupe d enfants avec leur instituteur.

Un groupe de marcheurs dans la baie.

C.

La mer est basse le ciel est couvert. La musique rythme les prises. Les badauds se posent beaucoup de questions. La mer reflète le ciel.

F.

Dans la chambre noire, j’ai vu un lit. A. qui sommeille. Mais il était à l’envers avec une loupe.L’envers du décor : je ne vois plus les pieds du lit. Ils sont ancrés dans le sable.

Hors du cadre, un lit est disposé devant le Mont Saint Michel. Elle s’est endormie à marée basse dans un lit, il y a du soleil parsemé de nuages, inoffensifs pour le moment.

O.

Je vois le lit avec une personne dedans, tout autour, du sable. Dans l’objectif, l’image est inversée.

Y.

J’ai vu un lit à l’envers du décor dans le calme complet. S’y trouvait une personne qui dormait paisiblement. Avec le reflet du soleil qui faisait venir (tenir?) ce lit sur le sable.

Hors du cadre, s’y trouvait toujours ce même lit à l’endroit, muni d’une musique douce venant nous chuchoter dans les oreilles. Une voix douce munie de pleurs de petits passants. Dans ce lit se trouvait la dormeuse qui paraissait paisiblement apaisée. Autour de moi se trouvaient des passants curieux de notre attraction.

 

Plus tard dans l’après-midi, la sieste nous a emportés, au bord des rochers, avec l’horizon gris et les tourbillons de l’eau comme lignes de mire. Un endroit loin de tout le tumulte du lieu. Une clairière. Une crique. Une chambre claire.

F.

Avant d’aller dormir, je ne sais plus où j’étais, mais si ! Au Mont-Saint-Michel, l’Archange qui veille sur les saisons ! Je ne ressens plus rien, je suis dans un état de somnolence avancée.

D’autre part il y a des personnes qui doivent se demander : mais c’est quoi ça ?

Dans ce lit j’ai rêvé, j’étais presque endormi. Mais je me voyais dans une montgolfière survolant la baie du Mont. Il y avait des oiseaux tout autour de moi. C’était presque la plénitude intérieure avec parfois des couleurs multicolores.

O.

Avant d’aller dormir, quelle belle journée ensoleillée.

Que de marches que j’ai montées et descendues.

Je m’aperçois que la vue est magnifique.

Un léger vent souffle aujourd’hui.

Quelques nuages pointent le bout de son nez.

Dans ce lit j’ai rêvé de la belle journée que j’ai passée avec un groupe fort sympathique.

J’ai rêvé du bruit de l’eau comme si elle venait vers moi.

Du beau paysage que j’avais la chance de contempler.

Du léger désagrément : la pluie est arrivée.

Que la couette était douillette est chaude !

H.

Avant d’aller dormir, bercé par la musique dans cet endroit si magnifique et calme, j’espère faire une belle sieste. Les conditions sont idéales. Seul le cri d’une mouette trouble cette atmosphère si étrange.

Dans ce lit j’ai rêvé les yeux ouverts.

La marée qui petit à petit recouvre la baie.

Les couleurs qui changent tout le temps.

Bien dans ce lit au bord du monde, je n’ai pas envie que cela finisse.

J’ai rêvé un rêve éveillé.

 

Avant d’aller dormir, je m’imprègne du lieu.

Dans ce lit j’ai rêvé que j’étais seule.

Un instant j’ai oublié les cris, les voix.

Juste la brise, le soleil, la mer, et moi.

Nous ne faisons qu’un.

Je m’oublie, je ferme les yeux, mais j’observe.

J’écoute les sons que la nature m’offre. Pourtant je suis dans un lit, quel contraste déconcertant, mais néanmoins très agréable.

Je me sens bien, détendu, à l’abri du monde, plus rien ne m’oppresse.

Je me vois galoper sur cette plage, avec cette musique dans la tête, libre comme l’air.

J’ai perdu la notion du temps, je ne sens plus mon corps, où suis-je ?

Là où je le veux, j’ai soulevé les barrières.

Mon esprit divague avec le vent, mes sens farandolent de liberté.

Rien n’est plus agréable que de rêver ce que l’on vit.

 

E.

Avant d’aller dormir on chuchote.

L’eau monte mais ne fait pas de bruit. Elle avance entre les reflets du ciel.

La musique et les piaillements des oiseaux, et nous, nous sommes étrangement seuls.

Je ne sais pas très bien où je suis.

Sur un oreiller blanc, oui je suis là.

Dans le gris des nuages et de l’air lourd, avec la falaise rassurante et jaune dans mon dos.

Tranquille.

Pas calme, tranquille.

L’orage avance au loin, le violoncelle grince dans l’étrange, encore plus étrange sur cette mer de vaguelettes mouvantes.

Je regarde et je promène mon esprit de matières en couleurs, de formes en reflets.

Où suis-je ?

Étrange apaisement tremblotant

 

C.

Avant d’aller dormir c’est un endroit calme.

Le photographe se prépare.

Le vent se lève, la musique accompagne ce drôle de moment.

 

Dans ce lit j’ai rêvé, j’ai pu voir la mer avec des mouettes ce qui était très reposant.

 

Y.

Avant d’aller dormir, j’ai pensé au lit douillet qui pourrait m’accueillir avec cette douce musique et ces reflets des nuages dans la mer qui se dessinent et disparaissent aussi vite que venus.

Dans ce lit j’ai rêvé de cette musique qui me berce avec cette douce brise de vent.

Le chant des oiseaux m’a apaisé puis plongé dans mes pensées.

Je me suis laissé porter par tout ce qui m’entourait.

Chacun d’entre nous a fait l’un après l’autre l’expérience de cette sieste, les sons du violoncelle et la voix peuplant l’espace.

Des images ont été prises, des mots ont été écrits, tous ensemble. Nos visages en se quittant n’étaient plus les mêmes.

Un grand calme a régné. Jusqu’à la trouée du ciel par les hélicoptères !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s