vendredi 1er juin

Ce matin, nous sommes rentrés dans la salle par une autre porte. Au centre, un immense cercle d’oreillers.

Nous nous sommes assis. Tous ensemble, mélangés.

D’autres avaient été invités : des soignants, des patients, des personnes de l’hôpital, des résidents de l’Epahd, les personnes qui ont rendu possibles les prises de vue au Mont-Saint-Michel.

Nous nous sommes levés, un oreiller à la main, et avons commencé à marcher.

Nous avons entendu des lettres écrites à notre cher sommeil, comme une introduction avec nos voix différentes, et le violoncelle qui commence à grincer.

Nous avons été les « Anges Gardiens » les uns des autres : comme les jours précédents, l’un d’entre nous, sans que nous ne sachions à l’avance qui, pris d’une envie irrépressible de dormir, se couchait par terre lentement ; les autres doucement, glissant des oreillers sous son corps avant qu’il ne touche le sol.

Nous sommes devenus les anges gardiens de personnes que nous n’avions jamais rencontrées avant ce matin.

Une fois tous couchés, nous avons suivi les itinéraires de la Dormeuse, dans tous les paysages que nous avions écrits.

Puis c’était « Dormir Debout » : marcher les yeux fermés, avec dans le dos l’appui d’une foule d’oreillers portés par tous les compagnons de route, la tête dans un nuage. Arriver au mur, s’y laisser déposer et profiter d’un sommeil vertical, une petite apesanteur. De très beaux visages aux yeux fermés sont apparus dans leur cadre d’oreillers.

Le grand mur blanc a pris de la profondeur, et nous a emmenés dans les recoins du Mont-Saint-Michel, où nous avions trouvé le bon cadre pour attraper les images dans la chambre noire.

Ces paysages où le lit était quelques instants pour nous seul(e)s, nous les avons ressentis, écrits, et voilà que ce matin, nous les faisons entendre et nous les donnons à voir.

 

Puis arrive l’heure de la sieste, et des voix qui viennent la peupler avec « Quand je dors…, quand je ne dors pas… ».

Merci à toutes et tous pour ce moment où nous ne savions plus qui était qui, où nous nous sommes fondus dans ces paysages, merci d’avoir tant pris soin les uns des autres.

A bientôt.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s